Equipes Saint Michel

Equipes Saint Michel -
Equipes Saint Michel -

Votre Pélé 2019

Pélé au jour le jour : Pélé JlJ 2019

LE DÉPART :

Nous partons le samedi 17 août 2019 après-midi. Nous insistons sur votre ponctualité ! Le rendez-vous général est fixé à 15h dans la cour primaire du Collège Saint-Michel (entrée en face de l’INAMI – 67 rue du Collège Saint-Michel).

Voici les lieux et heures de rendez-vous pour vous rendre à Bruxelles avec nos bus :

Lieu de départ  Heure de rendez-vous
Liège

(place de Broncart)

12h45
Namur

(caserne des pompiers,

rue des bourgeois)

13h45
Bruxelles

(Collège St-Michel)*

15h00

* nous vous attendons dans la cour primaire du Collège Saint-Michel (entrée par la grille verte de la rue du collège Saint-Michel). Notez bien que l’accès à la cour du Collège sera interdit aux voitures.

INSTRUCTIONS DE DÉPART :

Les instructions concernant le départ doivent impérativement être lues et respectées. Il est indispensable que le chargement, l’embarquement et le départ se déroulent sans encombre.

  1. Dès votre arrivée dans la cour primaire du collège, vous vous dirigerez vers la table qui correspond à la première lettre de votre nom.
  2. Vous y retirerez des étiquettes nominatives pour vos bagages, votre foulard et votre badge que vous attacherez à votre foulard. On vous y communiquera également la place que vous aurez dans le car.
  3. Étiquetez vos bagages et les bagages à main immédiatement (seuls les bagages avec étiquette entreront dans le car). Dirigez-vous ensuite vers votre car et déposez vos bagages à côté de celui-ci. Les responsables cars porteront des gilets fluos.

Emplacement des cars :

– Le car 1 se situe dans la cour primaire

– Les cars 4, 5, 6 seront rue Liétart. Vous pouvez les rejoindre par le chemin qui traverse le parc (les voitures doivent emprunter la rue du Collège Saint-Michel).

  1. Les pèlerins rejoignent ensuite l’église du Collège pour assister à la prière d’envoi.
  2. Après cette prière, les pèlerins retournent vers leurs cars. Le responsable du car n’autorise l’accès qu’après vérification du badge et qu’aux personnes en possession de leur foulard + badge.

Décès de Jean Vanier

En apprenant le départ de Jean Vanier vers le Père, les Equipes St-Michel sont Image Jean_Vanierhabitées par la reconnaissance et l’action de grâce. La rencontre du Père Roberti, fondateur des Équipes, avec Jean Vanier, fondateur de l’Arche, a été déterminante pour les ESM. Celles-ci sont nées en 1965, avant même le foyer du Toit (qui rejoindra l’Arche en 1973) et Foi et Lumière (1971), mais elles sont nourries de la pensée et de la délicatesse de Jean Vanier. Il marque profondément leur spiritualité. Le message de cet homme au sourire éloquent et à la tendresse si communicative – un vrai sacrement – peut se résumer en ces mots : « Je suis heureux de vivre avec toi. » Il reconnaissait en chacun, si abîmé soit-il parfois par la vie, une personne plus belle que ce qu’elle ose croire, un frère ou une sœur en humanité, qui attend d’être aimé et dont la dignité est infinie. Ce message peut toucher tant les personnes ayant un handicap que celles qui les accompagnent, et notamment les jeunes et moins jeunes de nos Equipes.

Jean s’en est allé « à la grâce de Dieu », selon ses derniers mots du film qui vient de lui être consacré, Le sacrement de la Tendresse. Le voici maintenant dans l’invisible du cœur immense de ce Dieu dont il a été une si belle image. Et le Père éternel lui dit certainement : « Je suis heureux d’être avec toi pour l’éternité. »

Que son message continue à nous inspirer et que le combat qu’il a mené pour les personnes les plus fragiles soit poursuivi par chacun de nous.

Viens, reviens !

Pere-Charles-DelhezRien de pire que la routine, la banalité, le quotidien sans surprise ! Si tu veux vivre heureux, élargis l’espace de ta tente, découvre de nouveaux horizons, croise des visages encore inconnus, risque des chemins étonnants !

Eh bien ! c’est juste ce que nous te proposons à toi qui as envie de t’inscrire pour la première fois ou pour une nouvelle au terrible pèlerinage des Équipes Saint-Michel dites « ESM ».

Lire la Suite

Je suis transformé !

2018 était le 54e pèlerinage des Équipes St-Michel. 250 pèlerins répartis en 11 communautés-hôtels rassemblant une centaine de jeunes, une petite centaine des personnes moins valides, des aînés et des enfants. Parmi eux, un petit groupe de réfugiés syriens, jeunes et adultes. Des jeunes engagés et motivés – la Coord’ et l’Anim’ – organisaient le tout, avec l’aide de quelques adultes. Par des activités dynamiques et originales, telles que marche de nuit, chemin de croix, veillée Bonne Nouvelle, ateliers de créativité, conférences, démarches de pèlerins, temps de rencontre en hôtels ou en groupes spontanés, ils ont offert un pèlerinage original dans le paysage de Lourdes.

La pédagogie spirituelle est très simple : aller jusqu’au bout de son engagement vis-à-vis des personnes moins valides et tisser avec elles une alliance d’amitié. Il s’agit de vivre un amour vrai – et parfois exigeant – plutôt que facile, de se laisser interpeller par les personnes en fragilité, de découvrir leurs dons et leur richesse intérieure. Ce sont elles qui nous tirent, nous interpellent et nous font découvrir le Dieu vivant en chaque personne humaine.

« Es-tu heureux ? », ai-je demandé à un jeune, à la fin du pélé, et lui de me répondre : « Je suis transformé ! » Quant aux personnes moins valides, elles ont vécu un moment de paradis, car elles ont été au centre de toutes les attentions. Du plein Évangile !

Les « ESM » sont nées d’un groupe de quelques scouts partis à Lourdes avec le P. André Roberti, en 1965. Au cours de leur histoire, elles ont croisé le mouvement Foi & Lumière (Jean Vanier, fondateur de l’Arche) et hérité de son esprit de partage intense et joyeux entre des personnes ayant un handicap mental et leurs amis.

Père Charles Delhez, directeur

 

Il peut sembler paradoxal de dire que ce sont les personnes ayant un handicap mental qui m’ont  appris ce qu’est être humain, confie Jean Vanier. Elles m’ont fait entrer dans une vision plus humaine de la société. Jean Vanier

Viens ou reviens

Avec 30 Syriens à Lourdes

Les Équipes Saint-Michel étaient plus nombreuses cette année pour leur 52e pèlerinage à Lourdes, mais surtout plus universelles. 30 réfugiés syriens étaient leurs invités. Un cocktail de joie détonnant !

Au début j’avais peur de venir avec vous, mais dès le départ, j’ai été accueilli par tout le monde et immédiatement ces craintes sont parties”, témoigne Joseph. Il était l’un des 30 réfugiés syriens accueillis par les Équipes St-Michel lors de leur pèlerinage à Lourdes, du 17 au 24 août. Et, en effet, ces témoins de la souffrance de notre monde ont, malgré la barrière de la langue, rapidement trouvé leur place au sein de ce groupe de 300 pèlerins, dont 75 personnes moins valides, environ 170 jeunes, quelques familles et adultes. Grâce à cet accueil, ils ont pu découvrir une Europe différente de celle qu’ils avaient perçue. Et que n’auront-ils pas prié pour la paix dans leur pays, nous invitant à communier à leurs Ave Maria en arabe.

Une fois de plus l’intuition des Équipes s’est montrée juste : les personnes moins valides nous tirent vers l’avant, au-delà de nous-même, tant au niveau humain que spirituel. Et dire que tout cela était animé et coordonné par une équipe de 23 jeunes de 17 à 23 ans ! Une riche tradition, initiée par le P. André Roberti, et qui se transmet aux jeunes – ils étaient plus de la moitié – par les jeunes.

 

L’année de la miséricorde

Lourdes proposait cette année le thème de la miséricorde, dans le cadre de l’année sainte lancée par le pape François. Un mot inhabituel dans le langage SMS ! Et pourtant jeunes et moins jeunes se le sont petit à petit approprié. Les témoignages des participants en sont la meilleure illustration. Ainsi Aude, rwandaise, évoquant le génocide où une grande partie de sa famille a péri. Ou Philippe, aveugle, déclarant : “Quand on voit avec le cœur, on ne peut être que miséricordieux.” Le miracle qu’il attendait, a-t-il ajouté, c’est précisément l’ouverture des yeux de son cœur. Quant à Louis, paralysé des jambes, il a confié qu’il vivait son handicap comme une source de dépassement. “Accueillir la vie en soi-même et en l’autre, même si parfois, elle nous a réservé de mauvaises surprises, ou que l’autre me montre son moins beau visage, c’est à chaque fois le miracle de la miséricorde” a pu dire le P. Charles Delhez, directeur du pèlerinage.

Chaque éditioDelhez 2017, 2[1]n connaît ses moments forts. La messe à la Grotte des apparitions, présidée et animée par les Équipes St-Michel pour tous les pèlerins, a été l’un des sommets. C’était la première fois en 52 ans ! La démarche des “piscines” a aussi marqué profondément de nombreux jeunes ainsi que le sacrement de réconciliation vécu en vérité. Et certains de ceux qui revenaient pour la deuxième, troisième ou quatrième fois ont souhaité se réunir à plusieurs reprises pour échanger et aller plus loin dans leur démarche spirituelle. “Une année de plus n’est jamais de trop”, a souligné Grégoire, qui en était à son 4e pélé.

 

 

 

Père Charles Delhez, directeur

 

 

Émission « En quête de sens » : Les pèlerinages à Lourdes – RTBF octobre 2014